Le spectacle mis à mal – Le mal mis en question

WORKSHOP i samarbete med LILAe
Le spectacle mis à mal – Le mal mis en question
Varje bidrag (20-30 min) följs av 10-15 min frågor och diskussion

14.15 Marc Vuillermoz (maître de conférences, Université de Savoie)
L’illusion dénoncée ou le spectacle en procès
 
Dans le cadre de la vaste controverse qui traverse la vie théâtrale française du XVIIe siècle, les adversaires religieux de l’art dramatique focalisent leurs attaques sur le spectacle théâtral et son dangereux pouvoir d’illusion. Or, à la même époque, les défenseurs du théâtre – qu’ils soient auteurs ou théoriciens – prennent également le spectacle en ligne de mire. Cette conférence visera à éclairer ce paradoxe apparent en examinant les arguments anti-spectaculaires formulés dans les deux camps.
 
Marc Vuillermoz est maître de conférences à l’Université de Savoie. Historien du théâtre, directeur du projet ANR « IdT – Les idées du théâtre » (2011-2016), il a publié de nombreux travaux dont le Dictionnaire analytique des œuvres théâtrales françaises du XVIIe siècle (Paris, Champion, 1998) et Le Système des objets dans le théâtre français des années 1625-1650 (Genève, Droz, 2000). Il a également co-dirigé Les Mots et les choses du théâtre (Genève, Droz, 2017) et Le Théâtre au miroir des langues (Genève, Droz, 2018).
 
15.00-15.15 Paus med fika 
 
15.15-17.00 (med kort paus)
 
Guðrún Kristinsdóttir-Urfalino (lärare och doktorand i fransk litteraturvetenskap, Háskóli Íslands, Reykjavik)
Quel office pour les victimes ? Poétique et politique dans Cornélie [1574] de Robert Garnier
 
Robert Garnier a écrit sa tragédie sur la guerre civile romaine, Cornélie, en pleine guerre de religions, deux ans après le massacre de la Saint-Barthélemy. Une analyse poétique de la pièce révèle une structure complexe et innovante par rapport à la tragédie sénéquienne qui servait de modèle aux dramaturges de la Renaissance. Une lecture politique qui surgit de l’étude de cette structure oppose une interdiction ferme de la vengeance privée à l’appel au tyrannicide, leitmotiv de la pièce, laquelle présente une véritable réflexion sur les devoirs des victimes survivant à une guerre civile.
 

Après un Master en français, un MBA à l’ESCP Europe et une formation en art dramatique à l’Atelier d’expression théâtrale Radka Riaskova à Paris, Guðrún Kristinsdóttir-Urfalino est actuellement enseignante et doctorante à l’université d'Islande où elle prépare une thèse en co-tutelle avec l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, sous le titre « Poétique et Politique. La guerre civile romaine dans la tragédie française (1550-1650) ». Elle est également l’auteur d’articles sur le théâtre classique français, publiés dans des revues internationales.

 
David Chataignier (universitetslärare i franska, Åbo Akademi)
Les tragédies à sujet turc : le motif de l’innocence persécutée dans quelques pièces du second tiers du XVIIe siècle
Le théâtre a su trouver dans l’histoire dynastique violente des empereurs ottomans un fonds de sujets propres à mettre en scène. C’est surtout au XVIIe siècle que les tragédies à sujet turc prennent leur essor et de cette période, les années 1637-1653 sont les plus fastes. Des auteurs comme Jean Mairet (Le Grand et dernier Solyman ou la mort de Mustapha, 1639), Georges de Scudéry (Ibrahim ou l’illustre Bassa, 1641), Nicolas Mary (Perside ou la suite d’Ibrahim bassa, 1644) produisent à quelques années d’intervalle des œuvres aux intrigues voisines. Tirées de sources similaires ou inspirées les unes des autres, plusieurs d’entre elles donnent à voir un schéma actantiel basé sur la formule de l’innocence persécutée.
Mon propos se concentrera sur quelques-unes de ces œuvres. J’interrogerai la structure de ces pièces, le système de relations entre les personnages et les liens éventuels avec d’autres œuvres dramatiques de la même période.
 
Docteur en littérature et civilisation de l’université Paris-Sorbonne (Paris IV), David Chataignier est depuis 2013 universitetslärare en langue et littérature françaises à Åbo Akademi. Ses recherches portent sur l’influence et la représentation de l’Empire ottoman dans la littérature française d’Ancien Régime. Il s’intéresse également aux questions relatives à la galanterie et à la presse de cette époque – notamment les gazettes en vers de la seconde moitié du XVIIe siècle. Il a collaboré à l’édition des Œuvres complètes de Molière (dir. G. Forestier et Cl. Bourqui, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, Paris, 2010) et a publié des articles dans des revues et collectifs internationaux (Voyage et Théâtre, éd. Loïc P. Guyon et S.  Requemora-Gros, PUPS, Paris,  2011 ; Dictionnaire des orientalistes de langue française [éd. F. Pouillon], Karthala, 2012 [2e édition ; en ligne] ; Voltaire Essai sur les Mœurs [VI], Œuvres Complètes de Voltaire, Voltaire Foundation, University of Oxford, 2013 ; Ottoman Empire and European Theatre Vol. V : Gluck and the Turkish Subject in Ballet and Dance, ed. M. Hüttler and H.-E. Weidinger, Vienna, Hollitzer Wissenschaftsverlag [à paraître 2019]).